Capharnaüm

Mes yeux pour chialer ou mon cerveau pour agir ?

La fatigue aidant, au sommet de mon art, je suis. P’tite dédicace.
Parfois, il me semble plus aisé d’exprimer une idée en anglais qu’en français. Ce dernier est pourtant une langue très riche ! Peut-être trop, justement ?
J’crois aussi que mon écriture me semble toujours un peu lourde, pompeuse. J’ai encore du mal à aller à l’essentiel, je m’étale toujours trop, pour rien.

Seul - Jacques Brel

Les couleurs de l’automne sont magnifiques en ce moment, surtout ce rouge qui remplace (parfois) un vert terne. Dans peu de temps les arbres seront tous chauves ou presque, les jours gris puis le froid seront de retour. C’est le cycle, enfin, plus ou moins puisque l’humain a totalement détraqué la nature à force de la surexploiter. Nous avons évoqués cela plusieurs fois avec L, en plaignant les futurs générations car c’est de pire en pire et il y a de plus en plus d’être humain… J’ai déjà entendu des vieux dire qu’une bonne guerre de temps en temps ça remet un peu les choses en place. J’sais pas si je partage cette idée mais je crois qu’il aurait fallu depuis longtemps déjà instauré un système plus axé sur le respect de notre Planète et un contrôle démographique ne me semble pas aberrant…

Bref !

Quelque chose s’agite en moi, ça résonne discrètement, c’est un bruit de fond qui tente de se faire entendre. Je le reconnais, bien sur mais je fais la sourde, l’aveugle, l’idiote.
Parce que toutes mes idées se contredisent, parce que je ne sais plus vraiment qui je suis ni c’que je veux ? Probablement aussi parce que t’es coincée dans cette situation et que tu ne sais pas comment en sortir sans trop de dégâts. Oui, moi, je suppose qu’il y a de ça, aussi.
Il faut que ça change, que je change, enfin, que je me retrouve surtout. Je me suis égarée, j’ai trop voulu croire à des conneries, voulant que tout soit parfait, enfin. Je me suis voilée la face, j’ai ignoré les trop nombreux signes et me suis enfoncée plus profondément encore dans ma bêtise. Alors, ne me reste que mes yeux pour chialer ou mon cerveau pour agir et prendre les mesures nécessaires.
Le choix est délicat, oui, il me faut un temps de réflexion… *rire*

Mais, par quoi, par où et comment débuter ? Que faire, concrètement pour aller vers ce changement, ce nouvel air dont j’ai tant besoin, car, je suffoque, j’étouffe !! ! Vite, une idée ? Non ? Personne ? Moi ? Non ?
Oui.
Commencer par se bouger un peu le popotin, ce serait déjà bien ! Oui, je sais, le corps n’aide pas, c’est difficile, oui mais il nous faut nous endurcir à nouveau moi. Et, tu sais, ça ne va pas aller en s’améliorant, plus le temps, Tic Tac, passe et plus le corps dépérit. Purée, c’est pas très engageant, tu pourrais au moins essayer de me motiver, moi !
Une vie, une seule avec une seule certitude, rien ne dure.