Capharnaüm

L'horloge de la vie

Une semaine de plus, en moins.
Le temps passe, toujours ce foutu Tic Tac mais rien vraiment ne change. En général, j’suis pas une adepte du changement comme Y qui se lasse vite de presque tout… mais en ce moment, je réfléchis beaucoup à mon existence actuelle, aux éléments dont elle est constituée et je m’interroge. Est-ce que c’est ce que je veux ? Notre relation et notre avenir commun est souvent au coeur de mes interrogations, c’est vrai mais pas seulement. J’aime les choses posées, constantes, pourtant je sens aussi que ça m’ennuie, c’est trop identique, chaque journée ressemble à peu de chose près à la précédente.
Je manque de stimulation et de motivation. Je me néglige aussi un peu, j’ai souvent la flemme parce que tout n’est que répétition, sans saveur.
J’crois que j’ai envie d’une petite dose d’inattendu, de surprenant, de nouveau.
Je tourne en rond, les idées sont là mais pas les solutions. Et le temps passe, oui, il défile, il m’échappe et un jour ou l’autre il sera trop tard.
Cette idée persiste malgré moi ; ma conscience du temps a profondément évoluée ces derniers temps, schéma classique, avec l’âge on sait qu’on s’éloigne toujours un peu plus du début pour se diriger vers la fin, vers la fosse. Certains diront que j’ai le temps, justement, que je suis encore jeune, je n’ai pas encore trente ans, oui, en théorie c’est vrai mais, on ne sait jamais quel temps nous est imparti. Il n’y a pas d’horloge précise qui résonne et indique, tic tac, qu’il reste tant d’années, mois, jours, heures, minutes, secondes… à vivre. Notre vie est aveugle face à ce temps dont on dispose. Et chaque micro seconde qui passe est perdue, envolée, évaporée.

Peut-on définir des critères pour affirmer qu’un laps de temps est perdu ou ne l’est pas ? En fonction de ce qui a été fait, de ce qui s’est passé et de l’importance de ces éléments ? C’est l’évidence même et c’est pour ça aussi que le temps est relatif, si on aime ce qu’on fait il semble passer plus vite et inversement. Mais, je trouve ça étrange en fait, de penser que certains moment sont du temps perdus et pas d’autres puisqu’au final, peu importe où quand comment avec qui etc.. chaque seconde de moins au compteur de l’horloge de la vie, ne peut pas être récupérée. Donc on passe notre vie à perdre notre temps… mais parfois ça nous dérange, on le ressent et parfois.. c’est juste le temps qui passe, sans ressentir cette idée de perte.
Hmmmm, je suis fatiguée, mes idées sont un peu confuses, je ne trouve pas les mots adéquats pour pleinement exprimer ce que j’ai en tête. Dommage.
Je devrais en discuter avec Y, il a souvent un avis différent et constructif, j’aime nos échanges. Ils sont stimulants.