Capharnaüm

Ivresse

Hier soir, j’ai bu. Trop. Je me suis même plus ou moins cachée pour le faire et cela me désole… J’me suis réveillée soudainement vers 5h30 et d’puis, j’y pense. Ce n’est pas de la culpabilité mais de l’appréhension. Pourquoi faire ça ? Pourquoi essayer de le dissimuler en utilisant une tasse à café ? Parce que je savais que c’était une mauvaise chose à faire. Et la conclusion s’est vite révélée à mon esprit embrouillé de manque de sommeil, je ne veux pas que cela se reproduise. Je ne veux pas avoir de réel problème avec l’alcool. Je refuse. Il va donc falloir agir en conséquence.
Je crois que cet écrit est un bon début. Il va falloir approfondir, car on ne cherche pas à s’enivrer de la sorte, pour rien. Je ne me drogue plus, ce n’est pas pour replonger dans une autre addiction, inutile, destructrice, non. Je refuse.

Je vais lui en parler, en espérant non pas qu’il enfonce le clou avec une phrase à la con mais qu’il me soutienne, un truc du genre.

Edit : Il trouve ça bien que j’ai fait le choix de lui en parler et on est bien d’accord, la solution simple est de ne plus acheter d’alcool pour le moment. Surtout que ça ne sert à rien et que c’est de l’argent gaspillé ! Je suis relativement contente de sa réaction.