Capharnaüm

← Retour au journal

avril 2018

Pas assez de raisons, trop d'excuses.

Le but d’écrire ici ce n’est pas d’être lu mais de me vider, de me remplir, de me fuir en me retrouvant, c’est pour moi pas pour les autres. Bouger. Pourtant, je ne le fais que trop peu… Je reste enfermée, j’étouffe, je me résigne. Toujours les mêmes conneries dans le fond, ce mode de vie ne me convient pas mais je n’ai pas vraiment la possibilité d’en changer. Tic Tac, ça passe. C’est hors de portée. Mais c’est sûr qu’en pensant ainsi, ça ne va pas s’améliorer. Je suis, en partie, un obstacle à moi-même. Je sais bien qu’il FAUT faire telle et (...)