Capharnaüm

← Retour au journal

février 2018

Syndrome de Sisyphe

Respire, tais toi. Il faut tout taire. C'est comme ça, ça ne sert à rien de lutter dans le vide, se débattre n'a pas le moindre effet, il faut se taire, respirer, calmement fermer les yeux et accepter. Ou partir. Il y a presque toujours un choix à faire. La lecture d'Une trop bruyante solitude résonne en moi : syndrome de Sisyphe, éternel recommencement, va-et-vient incessant qui ronge. Cela me semble être l'image parfaite de la vie, on essaie encore et encore de gravir cette putain de montagne, mais à peine croit-on y être parvenus qu'on se retrouve devant une montagne à (...)

If I Had A Heart - Fever Ray

Nos pensées sont elles forcément attirées par les choses que nous souhaiterions éviter ? ! Ce n’est pas une véritable question, mais un cri silencieux, un râle teinté de rage. J’essaie de penser mieux, mais les choses polluantes se faufilent par toutes les petites failles et encore et encore, pour me saper le moral. RESISTE ! Prouve que… ouais bref on connait la chanson. Il n’est pas certain que rester était la meilleure décision à prendre, pour moi, égoïstement. Mais à quoi bon revenir sur une décision déjà prise, sur le passé, encore et encore ? Dans une lecture (...)