Capharnaüm

← Retour au journal

août 2017

Ridicule

J’pensais naïvement que c’était important, voir précieux. Pour lui aussi et pas seulement pour moi. Puis violemment je me suis rendue compte que non. J’avais songé, après quelques mois ensemble, que nous n’avions plus à endurer le temps, enfin ! Nous pouvions en profiter un peu. Profiter de ce temps avec lui. Je crains ne pas l’avoir assez fait. Je crains qu’il soit plus ou moins trop tard. Je sais que ce n’est pas ce qu’il veut : il ne veut rien. Moi ou pas. Avec ou sans. Je me sens défaillante. Parano probablement mais impossible de chasser définitivement (...)