Capharnaüm

← Retour au journal

janvier 2015

Lumière vs ténèbres

Tic tac ça ne s'arrêtera pas, quoique je puisse faire, ça revient, inlassablement. Je n'y échappe pas, parce qu'on échappe pas à soi même. J'essaie tellement de tout comprendre, à quoi bon ? J'étouffe, le monde, les autres, cette folie qu'est la vie... tout me dévore, ça me vole des petits morceaux de moi tout au long de la journée. Les mots ne me sont plus vraiment une aide, je ne supporte plus ces choses auxquelles je pense. Et je pense avec des mots, donc... J'y arrive plus. Motivation inférieur à 0. Je n'y crois plus et je sature de me forcer à y croire, en répétant des (...)

Puta** de yoyo !

Ma volonté s'effrite peu à peu à mesure que ces vagues d'émotions me submergent. Encore. Et encore. C'est une sensation tellement... violente et soudaine. BIM prends ça dans ta tronche ! J'sais plus quoi faire ni comment pour me sentir mieux, me sentir mieux d'être en vie, d'être humaine. J'ai l'impression qu'il y a trop de choses qui ne vont pas et que du coup c'est impossible pour moi d'aller mieux un jour. J'voudrais tellement m'arracher les émotions quelques fois, ne plus rien ressentir, que l'agitation permanente cesse. Trop souvent j'envie le silence paisible des morts. Je (...)

Les trois principes d'Avaaz.

Aujourd'hui, ça va. C'est important de l'écrire parce qu'il m'arrive d'oublier que, oui, parfois je me sens bien. Quand ce n'est pas le cas, toute source de joie me semble avoir disparu définitivement. Il faudrait que, dans ces moments là, je me souvienne que la joie ET la tristesse sont éphémères, elles ne font que passer. Facile à écrire, hein. En pratique c'est excessivement compliqué de relativiser durant une rechute. Mais bref, n'en parlons pas davantage puisque ce soir ça va. Dope - Die Mother Fucker Die Cette journée fut belle grâce à lui, c'est ce dont je veux (...)