Capharnaüm

← Retour au journal

avril 2014

Je flippe de flipper

J'suis contente. C'est bizarre je trouve d'utiliser ce mot : contente. Non ? Ne devrais-je pas plutôt dire que je palpite de joie ou au moins que je suis heureuse ? C'plus fort que moi, j'ai du mal à y croire quand ça va, j'ai du mal à utiliser les bons mots. Il y a des bons mots ? J'sais pas. Parfois cela me semble tellement étrange d'être ici, d'être avec lui, dans ses bras ou simplement de le voir et de l'entendre se parler à lui même ! Ce qui n'est pas fondé puisque tout se passe bien entre nous, vraiment. Mary va m'aider à m'calmer, au final je flippe de flipper. (...)

Trop vite ?

J'aime ça. Il me laisse un petit mot quasiment à chaque fois qu'il sort lorsque je suis encore endormie. C'est une attention qui me fait sourire, j'aime ça. JAMAIS j'aurais cru que je pourrais être ainsi, avec quelqu'un. En même temps, c'est lui. J'aime que nous parlions toujours de tout, on passe des soirées mal assis sur le balcon à causer en fumant des joints avec la légère fraîcheur du soir qui fait un bien fou. J'aime cette vie avec lui, ici, je ne me suis jamais sentie aussi sereine. Alors les quelques moments de moins n'ont que peu d'importance. C'est bien d'être bien, (...)

Je ne suis pas une pomme empoisonnée.

J'ai souvent la flemme d'écrire. Mes pensées sont trop éphémères. Quand je suis couchée, sous la douche, dans les toilettes ou en pleine conversation hop des phrases se forment, des phrases pour moi, des phrases à écrire dont j'aimerais vraiment me souvenir parfaitement, mot pour mot mais... ce n'est pas le cas et c'est frustrant limite énervant en fait parce que si je ne les écris pas dans l'immédiat alors tout ces mots et donc mes idées s'envolent, je les perds et plus j'essaie de me souvenir et moins c'est le cas. Exactement comme pour les rêves. Je vais bien, mieux que je (...)