Capharnaüm

← Retour au journal

février 2013

She don't want the world.

Il ne devrait pas manquer tant. Il ne devrait plus m’abîmer autant. Il se fout de ce qu'il devrait ou ne devrait pas. Et toi ? Tu es toujours silencieux. Et toi ? Silence. Et toi ? Silence. Et moi ? Je suis foutue. Bang Bang. Tout est cassé, mais tout ne se répare pas. "He shot me down." Les choses cassées continuent parfois d'exister. Contradiction, une chose n'existe pas ? Hin hin. J'existe encore. Parfois j'essaie d'être vivante. Et toujours, le constat que je ne suis pas apte à la vie me paralyse. Essayer ne suffit pas. Rien ne suffit jamais. Il en faut (...)

Trop tard pour quoi que ce soit.

Je ne suis pas en avance. Et cela m'est égal. Je n'ai pas envie d'aller travailler. Je n'ai pas envie de sortir de mon lit, de sortir de ma chambre. Je ne veux pas de ce monde dans lequel je n'ai pas ma place. Les autres m'ennuient et ce boulot... à l'opposée de ce que je suis, de ce que j'aime... Trop tard pour ce que j'aime. Trop tard pour quoi que ce soit. J'ai plus envie, j'ai plus foi en rien. J'voudrais passer en mode automatique, une fois pour toute. Non, un jour tout n'ira pas mieux. J'peux plus. Mais j'continue quand même. La question est, pour combien de temps encore ? (...)